GPE
GPE GPE GPE
Partenaires
A propos du GPE
Accueil Ateliers Partenaires Téléchargement RECAM
Webmail


 
 

Le programme GPE /Yaoundé est intervenu dans un contexte marqué en Afrique Centrale par un ralentissement du redressement économique suite à la dévaluation du Franc CFA de Janvier 1994. En 1996, le Cameroun et d'autres pays de la zone CEMAC sortaient d'une longue période de récession amorcée en 1990. La consolidation de la croissance était toutefois conditionnée par la résorption de la dette, des déficits budgétaire et de balance des paiements. L'Afrique Centrale était de ce fait confrontée à des défis économiques nécessitant des politiques efficaces pour restaurer les équilibres financiers, ainsi que des réformes structurelles pour relancer le développement sectoriel et combattre la pauvreté.

Pour relever ces défis, ces pays devaient non seulement élaborer des politiques efficaces de réformes, mais devaient aussi renforcer leur capacité à mobiliser localement des équipes compétentes d'analystes des politiques économiques, ainsi que des gestionnaires pour consolider à long terme la restructuration de leurs économies. Bien que mieux doté que ses voisins en cadres supérieurs, le Cameroun souffrait d'un manque de cadres moyens et subalternes formés à la conception, la gestion et le suivi des programmes économiques. Ce contexte général révélait donc des besoins de formation en Gestion de la Politique Economique.

En juin 1992, la Fondation pour le renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) qui avait été créée en 1991, a adopté un programme de travail stratégique à moyen terme, en analyse de politiques et administration pour le développement en Afrique. Afin d'avoir un impact significatif sur la capacité de gestion économique des administrations publiques en Afrique, ACBF a décidé de faire de la formation, l'un de ses principaux domaines d'intervention.

En effet, les besoins en Afrique subsaharienne étant de loin supérieurs aux capacités du programme de Maîtrise en Gestion de la Politique Economique (GPE) qui existait alors à l'Université Columbia sous l'égide de la Banque Mondiale , l'ACBF en collaboration avec l'Institut de la Banque , a envisagé d'organiser deux nouveaux programmes inspirés du modèle Columbia, l'un s'adressant à des participants anglophones, et l'autre à des francophones.

 

A la suite de l'appel d'offre lancé à cet effet en Août-Septembre 1992 par les deux institutions (ACBF et Banque Mondiale), les parrains du programme avaient ainsi confié au Centre d'Etudes et de Recherches sur le Développement International (CERDI) de l'Université d'Auvergne en France, le pilotage de la phase expérimentale du programme francophone, tandis que l'Université McGill de Montréal au Canada se voyait confier le pilotage du programme anglophone.

L'appel d'offre prévoyait l'association dès l'origine de deux Universités Africaines Partenaires (UAP) à la conception du programme pilote et à l'enseignement. Les Universités de Yaoundé II (Cameroun) et d'Abidjan Cocody (Côte d'Ivoire) ont été sélectionnées sur une base rigoureuse pour être associées au programme francophone, tandis que celles de Makerere (Ouganda) et de Legon (Ghana) étaient associées au programme anglophone. Le programme francophone a ainsi été transféré à Abidjan et Yaoundé en 1998, selon les termes du document de projet de la phase I qui prenait appui sur quatre documents antérieurs:

 

1- Les « Principes de coopération » signés le 29 Mars 1994.

Ces principes s'articulaient autour de la convention définissant les modalités de la coopération entre l'Université de Yaoundé II et le CERDI, en vue du transfert du programme à Yaoundé à l'issue de la phase initiale en 1998. Cette convention prévoyait le renforcement institutionnel de l'Université de Yaoundé II, afin qu'elle soit en mesure:

•  de participer activement à la conception et à la mise en ouvre du programme de formation de formateurs au CERDI ;

•  de prendre progressivement la responsabilité d'une partie du programme à l'Université de Yaoundé II ;

•  de dispenser l'ensemble du programme à la fin de la phase initiale, au besoin avec l'aide du CERDI.

 

Elle prévoyait également :

•  l'association à l'administration du programme par la nomination d'un Directeur des Etudes exerçant ses fonctions au CERDI pour une durée de deux ans durant la première phase du programme, et devant prendre la Direction du programme au Cameroun dès sa délocalisation ;

•  l'association d'enseignants de l'Université de Yaoundé II à l'enseignement durant la phase initiale au CERDI ;

•  le renforcement des capacités humaines par le recrutement et la formation d'enseignants-stagiaires financés par des bourses ACBF durant la phase initiale du programme ;

•  le renforcement des capacités matérielles, par une aide à la préparation des infrastructures d'accueil.

 

2- Le rapport Taschereau du 29 Mai 1995.

Ce rapport a été rédigé à la suite de la consultation confiée par les parrains du projet à Madame Suzanne Taschereau, intitulé: « Une stratégie pour le transfert du programme de Gestion des Politiques Economiques  ». Le rapport faisait une évaluation des capacités existantes et du contexte institutionnel de l'Université de Yaoundé II en tant que partenaire du CERDI pour le programme GPE, et définissait les « exigences minimales » à satisfaire pour le transfert du programme. Ses principales conclusions étaient les suivantes:

•  un potentiel de ressources humaines remarquablement formées au niveau du doctorat, et des capacités bilingues anglais-français sans égales dans la sous-région d'Afrique Centrale ;

•  un contexte institutionnel fragilisé par les bas salaires, la démoralisation du personnel enseignant et administratif, la faiblesse des taux d'encadrement et des budgets alloués à la recherche et à la documentation, incitant à la prudence dans le transfert du programme. Le rapport relève toutefois un appui politique au plus haut niveau, et un engagement à garantir l'autonomie de gestion administrative et financière du programme ;

•  des infrastructures sous-utilisées sur le campus de Yaoundé I appartenant à Yaoundé II, offrant des solutions de rechange en attendant que la capacité nécessaire soit développée sur le nouveau campus de l'Université de Yaoundé II à Soa.

 

3 - Le « Plan global de délocalisation » de Juillet 1995.

Ce plan a été élaboré à la suite de la réunion du mercredi 22 février 1995 à l'Université de Yaoundé II, regroupant les membres de la mission Taschereau (Madame Suzanne Taschereau et Monsieur Philippe Messéant, Chargé de mission au CERDI), et les autorités académiques de l'Université de Yaoundé II, en exécution du cahier des charges arrêté par les participants. Ce plan portait à la fois sur la délocalisation partielle de Septembre 1996 et sur la délocalisation totale en septembre 1998 ; il s'articulait autour de questions telles que le statut institutionnel du programme, l'organisation académique, les capacités et les besoins de l'Université de Yaoundé II. Ce plan constituait l'un des documents de travail de la réunion des 20 et 21 Juillet 1995 à Clermont-Ferrand, qui regroupait l'ensemble des partenaires.

 

4- Les termes de référence du projet.

Intitulé «Transfert du programme en Afrique», et soumis à ACBF en janvier 1996, le document répondait à quatre questions essentielles:

•  A qui s'adresse le programme GPE ? (Les auditeurs)

•  Qui en est l'opérateur ? (L'Université Africaine Partenaire de Yaoundé II)

•  Quel en est le contenu pédagogique ? (La formation)

•  Quel en est le budget global ? (Le financement)

 

Un avant-projet fut rédigé sur cette base, puis finalisé au cours d'une mission à Yaoundé du 27 Juin au 28 Juillet 1996. La mission avait pour objectif essentiel, d'apprécier la faisabilité du transfert et de l'implantation du programme à l'Université de Yaoundé II dans les délais les plus rapprochés, par référence aux progrès réalisés dans le processus de transfert depuis le Rapport Taschereau, eu égard aux « exigences minimales » établies par ce rapport en 1994. L'avant-projet fut ainsi complété par les discussions internes à l'Université, et par un document réalisé avec les données spécifiques à l' Université de Yaoundé II. La synthèse de ces deux documents avait ensuite été discutée avec les différents partenaires. Cette première version du document fut refondue après les discussions avec l'ensemble des partenaires lors de la réunion de coordination GPE/ACBF des 20 et 21 novembre 1996 au siège de l'ACBF à Harare (Zimbabwe, siège de l'ACBF). Une seconde version du document de projet fut mise à jour après les discussions entre les bailleurs de fonds et l'ensemble des partenaires camerounais lors de la mission d'évaluation qui a séjourné à Yaoundé du 12 au 19 juillet 1997. Une Journée de réflexion sur le projet fut par ailleurs organisée le 25 Juillet 1996 à l'Hôtel Hilton sous le parrainage du Recteur de l'Université de Yaoundé II, avec la participation de l'ensemble des partenaires locaux.

La version du document du Programme GPE Yaoundé de la phase I approuvée par le Conseil d'Administration de l'ACBF le 26 Novembre 1997 est le fruit des travaux de la réunion annuelle de coordination des programmes francophones qui s'est tenue au CERDI à Clermont-Ferrand les 1er et 2 Décembre 1997.

retour à la page précédente

Copyright GPE-Yaounde 2010